Marketing par Contenu & Nouveaux Paysages SERPs

fragmented

Réflexions sur le Marketing par Contenu et les conséquences sur les pages de résultats des moteurs de recherche (SERP).

A l’heure où Demand Media (DM) est estimé à $1,5 milliard et prépare son IPO et les émules et les clones sont déjà bien en place sans doute ; entre ces ‘nouveaux business modèles’ qui produise 180,000 pages web par mois (DM) ; et les 200 millions des sites web existants : Est-ce qu’il restera des place visible (1ère, 2e page SERP) pour des ‘petits’ pour faire leur Marketing par Contenu ?

Les espaces si convoité – naturel, non payé par la pub donc – parmi les SERP sont-ils condamnés à l’étouffement : même pour les mots/expressions–clés obscure ou peu utilisés, le – ‘long train’ – ciblé par DM justement ?

Quelques réflexions :

DM a été fondé en 2006 par ROSENBLATTE 6 mois après avoir vendu mySpace à MURDOCH. En 2010 les paysages SERP ont radicalement changé. La nature dynamique du Web et les évolutions des techniques de la recherche en ligne – entrepris par Google – ont donné des bouffés d’air frais aux pages de résultats .

Ces évolutions – visibles ou non – ont fragmenté les SERPs et offres une plus grande diversification dans les pages de résultats de Google. Des raisons à y croire dans un terrain de jeux plus airé ; plus nivelés peut-être, pour des petites entreprises ? Oui – sans doute.

Nouveaux paysages SERP :

Universal search avec le ‘One Box’ pour des images et vidéo, et des Cartes geo-ciblés – change la paysage SERPs depuis un moment déjà : il a nargué les SEOs et affiliate marketers depuis.

La recherche personnalisée – basé sur notre historique – a lui aussi bafoué des experts en Web Marketing, qui ont vu leur Ranking pour chaque mot clef fluctué, et maintenant propose aux clients des statistiques comme des pourcentages ‘moyens’ de positionnement dans ‘certaines’ SERPs comme celle geo-localisé etc. [exemple]

Le nouveau architecture d’indexation : Caféine, qui permet, entre autres choses, à Google d’indexer les pages Web beaucoup plus vite.

La recherche en temps réel justement, donne aux internautes la capacité de filtrer leurs résultats mêmes pour les derniers 10 minutes, et intègres les flux de micro-blogs comme twitter dans les SERPs.

Le purge du ‘long train spam’ infligé par la mise à jour algorithmique baptisé Mayday (avril 2010). La nouvelle interface Jazz, qui rendre plus faciles pour les internautes les recherches dans différents domaines : blogs, forums, etc.

Tous ces changements sont positifs pour les ‘petits’ budgets de marketing Web.

Des espaces dans le long train :

Les spam-blog automatiques (splog) polluent le long train. Mais, il y a un renseignement à en tiré, une chose flagrante, révélé par leur refus de disparaître de nos SERPs, malgré tout : Il y a encore et toujours des lacunes dans l’index des moteurs de recherche.

Des questions/requêtes qui ne trouvent pas encore de réponse adéquate, ou au moins un choix quelconque – seulement du spam.

Ceci peut expliquer le brevet demandé par Google dernièrement : Identifying inadequate search content.

Eh oui, malgré l’index gargantuesque de Google il existent des SERP ayant du contenu inadéquats pour des requêtes.

Et c’est dans ces créneaux qui s’est engouffré ROSENBLATTE avec Demand Media. “A shotgun marriage of Henry Ford and Johannes Gutenberg, consecrated by the Internet” [Financial Times]. Alors, c’est quoi leur « New business model » ? Ils emploient des algorithmes à trouver des requêtes qui n’ont guère des réponses des moteurs de recherche(that’s right – Identifying inadequate search content ) et donne $2 pour un article sur le sujet à un de ses 8,000 freelancers. Faire ça 180,000 fois par mois, ajouter une mesure de publicité et rinse & repeat. Par ailleurs DM est aussi le plus grand ‘contributeur’ de contenu sur YouTube. Pas glorieux mais très efficace.

Google va-t-il couper l’herbe sous les pieds des spammers du long train et peut-être, du même coup, Demand Media ? Ça peut sembler contradictoire et même naïve : le business model que représente DM est basé sur AdWords et donc apporte pas mal de lucre à Google.

En tout cas, le brevet Identifying inadequate search content déposé par Google à été formulé par anti-spam ingénier Matt Cutts, et ce n’est pas anodine selon SEObyTheSea.

Peut-être ces ‘nouveaux modèles de business’ profitent bien, pour l’heure, des lacunes qui n’existeront beaucoup moins dans un avenir proche ?

Revenons à notre petite entreprise ou producteur/entrepreneur passionné par son affaire, et qui veut le faire savoir, avec ses billets postés dans la Média Sociale – autrement dit – du Information Marketing, tout simplement.

Comment exploiter le nouveau paysage SERP ?

My 2cents worth :

  • Mixed Media – engagez les visiteurs – le bounce rate est important ! Tentez le coup avec la vidéo, faites des photos, des slideshow, des diagrammes, des esquisses faites à la main et scanner etc. libellé tout correctement + mots-clés ; exploiter les méthodes de distribution/partage hors site, de vos vidéos/images. Donner Google tous les sitemaps possibles avec vidéo/images info inclut.
  • Des moteurs ce sont des robots. Aidez-les à ‘comprendre’ vos pages. Utilisés les bons mots/expression dans votre contenu. Les méthodes assez simples circulent partout pour optimiser les mots-clés – éviter le keyword cannabilisation
  • Soigner bien vos meta descriptions pour chaque page comme si c’était des publicités pour AdWords – le CTR (click through rate) est important !
  • Utilise AdWords justement, pour trouver des bons mots/expressions-clés qui convertissent, quoi qu’il en soit l’objectif – un achat ; une action spécifique ; du trafic. 1 – 2 mois seulement droits suffire au départ pour collecter les données nécessaires.
  • Réseaux Sociales : étudie-les ; cherche un stratagème (s’il y en a) adapté à votre domaine ; éviter la chronophagie.

Faire un site sur WordPress, ça aide pour TOUT ; liens entrants ; sociale media – tout. Explorer les plugins. C’est LE plateforme – noyau pour votre contenu social – par excellence.

On sait l’importance des liens entrants pour une visibilité sur le web. Ne cherche pas trop dans les techniques/services douteux. Tenter plutôt une approche Article Marketing saines : trouver des sites/blogs autour de votre domaine et proposer une/des articles ; nouer des relations.

Il y a encore et toujours des bonnes place à prendre dans les SERPs pour vos contenus – et donc les vitrines pour vos produits – et, peut-être, plus proche aux places si convoitées que vous le croyez.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>