traduction humaine gratuit

Etes-vous humain ?

Les gens qui s’intéressent de près au  blogosphère anglo-saxon ont constatés,  j’imagine, un nombre grandissant de blogs qui fait part de leur déception avec les logiciels MT (machine translation) et traductions automatiques de leurs sites et qui proposent déjà les versions traduits par un traducteur ou qui cherchent activement des traducteurs humain pour leurs billets quotidiennes.

À savoir: l’association cléanglaise.org peuvent fournir des traductions humaines gratuit pour certaines organisations et bloggers.

Alors je propose un petit coup d’œil et quelques réflexions au sujet, qui selon Martin du Ghacks « va être le next big thing (dans le ‘sphère j’entends bien) jusqu’au jour où les ordinateurs vont pouvoir le faire de façon correct»

Le premier à faire une incursion dans ce domaine, que je sache, a était Techcrunch avec un version français, mais est-ce qu’on peut toujours qualifier TC de blog ? Et puis, TCFR ne se content pas de traduire mot pour mots les billets venant du réseau Techrunch. Je crois que M. Arrington gère ça plutôt comme une franchise, tout comme Pete Cashmore qui a internationalisé son site Mashable tout récemment et qui est dotée d’une version française depuis la semaine dernier. Quant à BlogHerald ils ont décidés de commencer avec un version japonais après avoir vue les statistiques du Technorati.

Une chose est sûre, faire traduire un blog par un traducteur et que ça reste rentable, n’est pas à la portée de tout le monde. Alors comment ils comptent faire les autres ? C’est simple – en partageant des revenues publicitaires générés par le nouveau site.

Enfin, simple seulement en principe à mon avis. Voici un cas d’étude, il y a 3 ou 4 semaines le site Weblog Tools Collection diffuse un avis de recherche de traducteurs, j’ai vu un exemple du courriel envoyer à des candidats, en gros les conditions étaient :

Traductions de tous les billets dans les 24 heures, une suivies des commentaires et éventuelles réponses assurés par le traducteurs contre 20% de revenu publicitaire avec un contrat stipulant que le propriétaire du site garde tout contrôle et peut mettre terme à l’arrangement quand bon lui semble.

Bon, à mon avis il faut être drôlement optimiste avec beaucoup de temps libre (plusieurs billets par jour), et passionné par le sujet du blog (la logiciel libre WordPress en occurrence) pour excepter des conditions pareilles.

Et si jamais votre revenu de traducteur approche à quelque chose près d’un tarif habituel mots/euros (peu probable), qu’est qui empêche le propriétaire de mettre fin à votre collaboration, prendre quelqu’un à la tache et voir ses bénéfices augmenter avec un bon catalogue de billets fournis par vous, gratuitement ou presque ?

L’auteur habite au Canada et quand vous n’avez plus d’accès au tableau de bord de son blog, vous pouvez faire quoi au juste ?

Il y a d’autres questions à se poser – 20 % des revenues de Google Adsense égale à trois fois rien (sauf sur quelques sites d’exception). Est-ce qu’on l’a attendu en France pour faire un site au sujet de WordPress ? Bien sure que non.

Ghacks suive le mouvement et propose déjà des versions allemand, espagnole et italien ; pour une rétribution de 50% des revenues Adsense. Les versions japonais, chinoise, portugaise, et bien sûr française sont tous en route. Je ne connais pas des conditions exactes, mais déjà le % est plus attractive, aussi Ghacks fournissent un vraie travail de fourmi avec des billets originels, et non pas maintes fois reprises et réchauffés.

Pourquoi cette engouement pour les traducteurs humaines ? Quick Online Tips a donné les indices pas plus tard que hier. Après avoir parler de ses propres problèmes avec des plugins de traductions, il cite un billet de Connected InternetPourquoi il faut penser deux fois avant d’installer un plugin de traduction – qui déclare avoir reçu moins de visites à cause de la multitude de pages mal traduits par son logiciel qui lui porte préjudice aux yeux de Googlebot, pas seulement sur ses sites traduits mais aussi sur son site en anglais !

Mise à jour : Connected Internet cherche les traducteurs 26.03.07, même principe que Ghacks – 50% adsense revenue – “which should generate earnings of $7-10 dollars per thousand visitors“, a-t-il dit Everton (pas l’équipe, c’est le propriétaire)

Il y a – et il y aura peut-être plus encore – du boulot dans ce domaine pour ceux qui sachent comment s’y prendre, qui comprends bien l’anglais et pour qui la langue française est leur langue maternelle, réquisit primordial pour tout travail de traduction sérieux.

Lorelle VanFossen, invitée chez ProBlogger a écrit un billet intéressant (anglais) le 19 mars à ce sujet.

northern-elephant-seals

Bing vs Google : nouvelle étape dans la guerre des plateformes

Cette semaine a vu la sortie du nouveau système d’exploitation mobile d’Apple –  iOS 7. On a vu aussi le Siri –  assistant personnel «intelligent» pour l’iPhone –  tranquillement sortir de Beta. Et à peine était-il en pantalons longs qu’il mit Google à  la porte.

Bing sera désormais le moteur de recherche interne sur l’iPhone, mais il y aura ceux qui pourraient facilement ignorer ce changement car tous les résultats de recherche sont conservés dedans  l’interface du Siri !

Il n’y aura donc aucune des annonces publicitaires de Bing servi sur l’iPhone, ni aucune «branding» d’ailleurs. Microsoft va sans doute être heureux de tout façon – il pourrait s’avérer très utile de garder pieds dans la porte du iPhone.

D’abord l’iPhone et ensuite le Bing il part en Safari ?

Il faut voir si les utilisateurs d’iPhone n’ont pas leur mot à dire au sujet. Bien sûr – pour le moment au moins – ils peuvent toujours lancer une demande d’information avec un mot de commande sur Siri et être garanti de meilleurs résultats de recherche :

«Err Google…? »

Problème de Domaine Favori chez GWT

Google Webmaster Tools aide

Le problème : définir le domaine favori sur la page Paramètres du Site chez Google Webmaster Tools.

Cette petite énigme m’a taquiné l’autre jour et comme au début ce n’est pas évident pour la résoudre… au cas où ça peut aider.

Résumé : les 3 choix pour l’affichage de domaine favori sont les suivants:

  1. Ne pas définir de domaine favori
  2. Afficher les URL de la manière suivant : (avec le sous-domaine www)
  3. Afficher les URL de la manière suivante : (domaine nu – sans sous-domaine www)

Le hic vient quand on veut choisir – comme c’est conseillé de le faire – l’option 2 ou 3 et nous somme confronté avec l’option 1 qui lui reste résolument en place,  défini comme l’option choisi, têtu.

En suit le message suivant apparaît :

Une étape du processus de définition du domaine favori consiste à confirmer que vous êtes le propriétaire du domaine http://siteweb.com

Donc, en faite pour pouvoir choisir l’affichage du domaine favori il faut que vous avez déjà vérifié que vous êtes propriétaire des DEUX domaines – avec www et sans www.

Oui, on pourrait penser dès qu’un des domaines a été vérifié Google Webmaster Tools va présumer que l’autre est bien à nous quand même ? Mais non. En tout cas pas tout suite. Il faut donc vérifier que nous somme propriétaire AUSSI de celui qu’il nous manque et ensuite choisir l’affichage préféré.

Apres vous pouvez supprimer le site non-voulu dans le dashboard du GWT.

Les Traces de la Recherche Personnalisée chez Google

À l’occasion du découvert d’un changement (de plus…) sur la façon dont Google peut modifier les résultats de recherche basée sur no requêtes – et celles des autres, je propose un petit tour de notre Filter Bubble fabriqué par le Recherche personnalisée chez Google.

Ce petit aide-mémoire en guise de ’roundup’, a été provoqué par un billet de Danny Sullivan, fondateur du SearchEngineLand, qui a parlé d’un nouveau changement récemment découvert sur la façon dont Google peut modifier ses SERP et à la même occasion Sullivan nous rappellent la chronologie de ces changements dans les SERP depuis la recherche personnalisée a était mise en place par Google (et suivi par Bing).

Danny Sullivan article

Donc, depuis 2007 Google a façonné les résultats de nos recherches avec des filtres suivants :

  • Personnalisation basées sur la géographie
  • Personnalisation Basé sur l’historique des recherches, le plus ancienne qui date de 2007 et largement étendu en 2009
  • Personnalisation basée sur le partage personnelles (Search, Plus Your World)
  • Personnalisation Basé sur les liens sociaux
  • Personnalisation basé sur une requête précédente, Google a fait cela pendant des années. Il a été introduit en 2007 pour AdWords et en 2008 les organiques.

Ce qui nous amène à la nouveauté :

  • Personnalisation de masse basées sur des requêtes précédentes de tout le monde – découvert par Gabriel Weinberg fondateur de DuckDuckGo un Meta-Moteur qui se vante de nous extraire de notre Filter Bubble, justement.

Article de Gabriel Weinberg - DuckDuckGo

En bref, pour certains mots l’affinage des résultats par les requêtes précédentes va s’appliquer pour un large éventail de personnes, plutôt que sur une base individuelle.

À l’occasion des élections américaines le Wall Street Journal a prélevé un exemple criard le 4 novembre, qui montre bien à quel point les résultats changent pour les requêtes comme Iran ou Medicare après avoir effectué une recherche pour Obama ou Romney.

Wall Street Journal article

Tout ceci dépend du mot clé « Magique » en question bien sûr, et l’intérêt porté autour du sujet. Certains disent qu’avec tous ces peaufinages et mouvement sur les SERP, les sites qui dominent pour les mots clés les plus convoités vont voir leur taux de clics partir à la baisse. Leur seule recours pour rétablir le trafic seront AdWords alors, et là ils seront bien obligé de les acheter ces mots clés onéreux.

Je laisse le dernier mot á Danny Sullivan  « Impact On Searchers: Probably Good, But More Control Needed »